La cohabitation de différentes espèces dans mon jardin

La cohabitation de différentes espèces dans mon jardin

Vous comptez élever différentes espèces dans votre mini-ferme de jardin ? C’est très courant dans un poulailler : poules, oies, canards, etc. Mais s’il s’agit d’une cohabitation entre les poules et les lapins. Ces animaux font partie des plus appréciés en élevage. Toutefois, les faire vivre ensemble dans un même enclos n’est pas une évidence. Pourtant, cette option apporte de nombreux avantages si l’on ne parle que de la possibilité d’épanouissement accru des lapins. Pour arriver à cette fin, il est nécessaire de suivre quelques instructions.

Vous comptez élever différentes espèces dans votre mini-ferme de jardin ? C’est très courant dans un poulailler : poules, oies, canards, etc. Mais s’il s’agit d’une cohabitation entre les poules et les lapins. Ces animaux font partie des plus appréciés en élevage. Toutefois, les faire vivre ensemble dans un même enclos n’est pas une évidence. Pourtant, cette option apporte de nombreux avantages si l’on ne parle que de la possibilité d’épanouissement accru des lapins. Pour arriver à cette fin, il est nécessaire de suivre quelques instructions.


Les éventuels risques de la cohabitation multi-espèces


Que ce soit les poules et les lapins ou d’autres animaux, le fait de bénéficier d’un même environnement dans un seul endroit se révèle toujours difficile. Ces deux espèces de basses-cours sont particulièrement différentes, par rapport aux besoins ainsi qu’aux comportements opposés. L’une appartient à la famille des lagomorphes et l’autre à celle des galliformes. Pourtant, c’est possible de les voir cohabiter en toute harmonie dans votre jardin avec quelques conditions à respecter.
Mais avant d’y penser, il est plus judicieux de prendre en compte les risques encourus, ce qui ont incité une association pour la défense des lapins à déconseiller l’option d’élever ensemble ces animaux avec les espèces aviaires. Cette option impacte le régime alimentaire de chaque espèce et peut aussi favoriser la transmission de maladies (salmonellose, champignons, virus, bactéries, maladies intestinales, etc.). Rien qu’en touchant les fientes des poules, les lapins risquent facilement de tomber malades. Sans compter les éventuels conflits entre les deux.


Les précautions à prendre pour réussir la familiarité


Les besoins nutritionnels et les types d’aliments des deux espèces ne sont pas les mêmes. Les lapins se nourrissent généralement des produits à base de fibres comme les herbes. Par contre, les poules préfèrent les graines et les céréales.
Pour envisager de les voir cohabiter, il est impératif de respecter leurs propres régimes alimentaires et d’éviter que vos compagnons aux longues oreilles dévorent les graines des poules. Sinon, il y aura des problèmes de santé en vue.
Pensez également à construire pour chaque espèce son propre territoire afin de les empêcher de se battre de temps en temps et de se transmettre des maladies. Au sein du même jardin, mieux vaut aménager un poulailler pour les poules et un abri pour les lapins. Malgré cela, offrez un endroit où les deux familles peuvent se rencontrer afin de pouvoir arranger petit à petit la mitoyenneté.

 


Les mesures de sécurité indispensables


Quelques mesures de sécurité s’imposent afin de réussir la cohabitation multi-espèces entre les lapins et les poules. Mis à part la séparation du territoire, la sécurisation du grand enclos est indispensable. Il est également conseillé de prévoir les dimensions requises pour mettre aux normes toutes les installations. Entre autres, une surface d’environ 15 m2 convient à une poule et 6 m2 pour deux lapins.
En plus du grand espace, l’enclos doit être correctement sécurisé. Qui ne sait pas que les lapins sont capables de creuser la terre ou d’ouvrir un trou dans l’enceinte pour envahir l’autre territoire. Aussi, les deux espèces sont vulnérables aux mêmes prédateurs tels que les renards, les rapaces, les fouines, etc. Donc, à ne pas négliger !


Malgré vos nombreux efforts pour laisser côtoyer différentes espèces d’animaux dans votre jardin, il faut rester persévérant. Que ce soit l’une ou l’autre famille, vivre ensemble nécessite un temps d’adaptation.

Commentaires

Écrivez le premier commentaire...

Laisser un commentaire
* Votre adresse courriel ne sera pas publiée
Mon compte
Tu n'es pas connecté. Connecte-toi pour profiter de tous les avantages. Ou crée un compte maintenant.
Langue
Panier
Votre panier est vide
Rechercher
Search suggestions
Aucun produit n’a été trouvé...